*      *      *      *      *     * 
      *      *      *      *        *  *

Qu'est-ce que le Rallye ? Petit descriptif pour les non initiés...

Il est un peu long, mais faire plus court aurait signifié passer sur certains points... Alors, accrochez-vous !

Le rallye automobile est une compétition qui allie régularité et vitesse.
Une épreuve propose une succession de parcours routiers - les secteurs de "liaison", où les règles de la circulation routière s'appliquent normalement - et de portions chronométrées - les "spéciales" ou "ES" - où seule la vitesse compte. Le tout s'étale sur un à trois jours, souvent en plusieurs étapes, et sur des longueurs de
quelques dizaines de kilomètre (rallye régionaux et rondes) à plusieurs centaines, voire milliers de kilomètres (épreuves du championnat du monde des rallyes). Le classement s'établit par l'addition des temps réalisés par chaque concurrent dans l'ensemble des spéciales, auxquels viennent s'ajouter les éventuelles pénalités.

Essayons de décrire le déroulement d'un rallye en détails.

Le parcours se découpe en différents secteurs de liaison séparés par des "contrôles horaire" (CH); chaque concurrent se voit attribuer une heure de départ  et un temps imparti pour parcourir le secteur (jusqu'au prochain CH). Ces informations se trouvent sur un carnet de bord remis par l'organisateur (à ne pas perdre sous peine de disqualification...)


Suivons l'exemple de l'équipage X pendant un rallye: il est attendu à la sortie du parc de départ à 8h24 et dispose de 38 min. pour se rendre au premier CH; il doit donc "pointer" à ce CH "dans la minute" correspondante, soit entre 9h01.00s et 9h01.59s. S'il pointe en avance, chaque minute d'avance sera transformée en 20 secondes de pénalité, car il s'agit alors forcément d'un erreur de calcul de l'équipage, alors que chaque minute de retard lui vaudra 10'' de pénalité seulement puisque ce sont tous les aléas du parcours qui peuvent alors être à l'origine de ce retard.

La plupart des CH se trouvent juste avant le départ d'une épreuve spéciale ou d'un parc de neutralisation ou regroupement, de plus en plus également d'un parc d'assistance. Ainsi, après avoir pointé, notre équipage X se rend au départ de l'épreuve spéciale N°1; sur ce parcours, en général de quelques centaines de mètres seulement, il n'y a pas de temps imparti et trois minutes minimum sont garanties à l'équipage pour se préparer, mettre les casques, etc..
Arrivé au départ de la spéciale, les commissaires vont inscrire sur le carnet de bord "l'heure de départ" de la spéciale; c'est l'heure où sera donné le top de départ de l'épreuve spéciale, mais c'est également l'heure à laquelle le délai imparti pour se rendre au deuxième CH débutera.

En reprenant notre équipage X qui vient de pointer à 9h01.38s, il arrive au départ de l'ES1 où le commissaire lui marque 9h10; il voit aussi sur le carnet de bord le délai de 48 min. pour se rendre au CH2; il devra donc y pointer entre 9h57.00s et 9h57.59s.

Ainsi à 9h10, le starter de l'ES1 lui décompte le départ et c'est parti pour le premier secteur chronométré. Pendant les 12,4 km de l'ES1, le navigateur (ou copilote) égraine à son pilote les notes prises pendant les reconnaissances, qui lui annoncent les virages et autres difficultés du parcours. Il n'y a alors que le temps jusqu'à la ligne d'arrivée de la spéciale qui compte et le plus rapide est le meilleur.
Supposons que notre équipage mette 8'30'' pour parcourir la spéciale, à presque 90 km/h de moyenne, il lui restera donc les 48' allouées jusqu'au CH2 moins le temps déjà écoulé sur la spéciale (8'30'), soit 39'30'' pour se rendre au CH2.
Ainsi, il doit non seulement parcourir la liaison qui le mène au CH2 mais également, dans le système traditionnel, se ménager le temps de faire son assistance pendant ce parcours de liaison.

Pour définir le temps entre deux CH, l'organisateur utilise en générale une vitesse moyenne, de l'ordre de 35 km/h et le délai dépend donc directement de la longueur du secteur. Dans notre exemple, s'il y a 28 km entre le CH1 et le CH2, à l'arrivée de la spéciale, notre équipage dispose donc de 39'30'' pour parcourir les 15,6 km restant jusqu'au CH2. A supposer qu'il parvienne à rouler à la moyenne de 50 km/h (il est alors sur route ouverte...), il mettra environ 18' pour atteindre le CH2 et disposera ainsi, en théorie car il faut toujours garder de la marge, de 21'30'' pour son assistance.

Et ainsi de suite pour chaque spéciale.

Bien sûr, pendant tout le parcours, le trajet est imposé; il est décrit sur un "road-book" remis aux concurrents quelques semaines avant l'épreuve. Ainsi, il n'y a pas moyen de prendre de raccourcis; pour s'en assurer, l'organisateur met parfois en place des contrôles secrets où le passage de chaque concurrents est soigneusement noté; celui qui n'y est vu est immédiatement disqualifié.

Tout cela vous explique l'importance d'un excellent navigateur, car sans lui, le pilote ne ferrait rien. Son rôle est même souvent plus stressant que celui du pilote, puisque pendant toute la durée de l'épreuve, il doit sans discontinuer contrôler ses chronomètres et sa montre et dicter à toute l'équipe le temps disponible pour chaque action, alors que le pilote n'est sous pression que pendant les épreuves
spéciales et peut se relaxer entre-deux.

Précisons encore quelques points:

  • Classement "scratch": il s'agit du classement en temps, tous groupes (voir ci-dessous) confondus.

  • "Parc fermé": c'est une période pendant laquelle toute intervention sur le véhicule est interdite. On y rentre par un CH et on en ressort de la même manière. Les véhicules ne peuvent être approchés que par l'équipage quelques minutes avant son heure de sortie

  • Les "neutralisations" sont des parcs fermés qui permettent de resserrer l'horaire du rallye. En effet, avant une neutralisation, si par exemple les équipages n°2 à 9 ont abandonné, l'équipage n° 10 roule tout de même 9' après l'équipage n° 1 puisque ses heures de départ ne sont pas modifiées. Par contre, après une neutralisation, l'heure de sortie du parc fermé est ramenée à 1' après celle de l'équipage n° 1.

  • Les "regroupements"; il s'agit de neutralisations à l'occasion desquelles l'ordre de départ est rétabli selon le classement intermédiaire de l'épreuve. Exemple: si notre équipage X s'était élancé au départ avec le numéro 29 (29ème à quitter le parc de départ) mais que ses temps dans les spéciales précédent le regroupement lui valent la 14ème place au classement intermédiaire (scratch), il sera la 14ème voiture à quitter le regroupement (il garde toutefois sont N° 29).

  • Pendant les secteurs routiers (liaisons), les infractions au code de la route sont converties par l'organisateur en pénalités (temps ajouté, donc recul dans le classement) et peuvent aller jusqu'à la mise hors course (exemple: un deuxième excès de vitesse...). C'est pourquoi les secteurs de liaisons voient proliférer les "boîtes à grimace" et autres "Flash".

Donc, si vous suivez un rallye, roulez cool !!!

Voici encore un bref descriptif des groupes dans lesquels sont classés les véhicules des participants.

  • Groupe "A", voitures de tourisme, avec de nombreuses modifications autorisées, pour autant que celles-ci figurent dans la fiche d'homologation du constructeur, approuvée par la F.I.A.

  • Groupe "N", voitures de tourisme, quelques légères modifications autorisées (équilibrage du moteur, suspensions, sécurité) pour autant que celles-ci figurent dans la fiche d'homologation du constructeur, approuvée par la F.I.A.

  • "Kit-car", voiture de tourisme, moteur de 2 litres de cylindrée atmosphérique modifié, deux roues motrices. Très légères et agiles, s'expriment parfaitement sur goudron sec.

  • "World Rally Cars "WRC", voitures d'usines, 2 litres de cylindrée maximum, mais turbo autorisé, 4 roues motrices, doit être tirée d'un modèle du constructeur, possibilité de modifier beaucoup de points, pour autant que celles-ci figurent dans la fiche d'homologation du constructeur, approuvée par la F.I.A.

  • "IS/A", voitures de tourisme répondant au groupe "A", dont l'homologation est caduque.

  • "IS/N", voitures de tourisme répondant au groupe "N", dont l'homologation est caduque.

  • Répartitions des classes de cylindrée:
    A1 - N1 - I/S1 = 0 à 1400 ccm3
    A2 - N2 - I/S2 = 1401 à 1600 ccm3
    A3 - N3 - I/S3 = 1601 à 2000 ccm3
    A4 - N4 - I/S4 = 2001 à 2500 ccm3
    A5 - N5 - I/S5 = 2500 ccm3 et plus

J'ai voulu vous donner un aperçu de ce qu'est le rallye, vous trouverez tous les règlements et voitures homologuées sur le site de la FIA ou de l'ASS

Un Grand MERCI, à
Claude-Alain Ferrière et à Jean-Pierre Leuenberger
pour leur aide à la rédaction de cette page.


Vous souhaitez publier cet article sur votre site, faites en la demande par mail